” le petit risque est très bien pris en charge alors que le grand l’est souvent très mal…”

Posted by kineblog on October 17, 2010

Fond de tiroirs

Lu sur le blog de l’institut Montaigne: Sauvez l’assurance maladie de la ruine, une analyse pertinente de Jacqueline Simon* parue dans la revue SociĂ©tal (n° 68, second trimestre 2010). Depuis plusieurs annĂ©es, Jacqueline Simon propose, sans grand succès mais avec pertinence et persĂ©vĂ©rance, de revenir aux fondamentaux en matière d’assurance maladie.

Extrait :

Recentrer l’assurance maladie sur le gros risque
Pour l’avenir, elle préconise de recentrer l’assurance maladie sur le gros risque (défini par référence à un seuil en € annuel) et de renvoyer le financement privé sur le petit risque. Observons qu’aujourd’hui, c’est le contraire : le petit risque est très bien pris en charge alors que le grand l’est souvent très mal (pour ceux qui ne peuvent bénéficier du régime des Affections de longue durée – ALD).
*Jacqueline SIMON est conseiller maître honoraire à la Cour des comptes, ancien directeur général au Groupe Victoire.

> lire l’article complet
ainsi que :

Réévaluer la politique d’Assurance Maladie pour résorber (vraiment…) le déficit

Jacqueline Simon
Document de travail - Mai 2008

Faite de résignation au déficit - qui nous reste promis jusqu’à au moins 2011 - et de mesures avouées comme partielles ainsi que d’espoirs naïfs en l’amélioration des comportements, la politique d’assurance maladie a singulièrement besoin d’être réévaluée.

Mais la tâche sera difficile. Centrer, comme nous l’avons fait, toute la politique sur la maîtrise de la dépense, a permis de se donner le double confort d’accepter une date éloignée pour le retour à l’équilibre des comptes et d’éviter de poser la question du contenu même du système d’assurance, déchargé a priori de toute responsabilité dans les difficultés financières.

> source

Alors la kinĂ©, c’est gros risque ou petit risque ?
- sans aucun doute les deux mon capitaine…
- …car pour maintenir le bas coĂ»t du gros risque on prĂ©serve une (encore) assez bonne prise en charge des pets de travers !
Notons cependant que cela comporte quelques avantages, dont le maintien d’un assez bon maillage sur le territoire des compĂ©tences nĂ©cessaire Ă  la prise en compte des pathologies Ă  gros risque individuel n’est pas le moindre…
- …mais au dĂ©triment de l’investissement des praticiens sur la neuro ou la gĂ©rontologie (gros risque individuel et collectif), faute d’incitation financière Ă  la pratique - que penser d’un ostĂ©o-articulaire en AMS 9,5, d’une hĂ©miplĂ©gie en AMK9 ou du parkinson en 10, d’un euro de plus ou de moins pour une prise en charge Ă  la fois plus pĂ©nible et plus nĂ©cessairement individuelle ? -…
Certe, la couverture en ALD recule pas Ă  pas, cependant qu’on dĂ©grade de plus en plus souvent en AMK 6 les interventions du MK pour les polypathologies du sujet âgĂ© !

Trackbacks

Use this link to trackback from your own site.

Comments

You must be logged in to leave a response.