Parkinson : l’indispensable kinĂ©sithĂ©rapie

Posted by kineblog on January 17, 2010

kinésithérapie

Lu, Performances fonctionnelles motrices : facteurs prédictifs de la mortalité dans la maladie de Parkinson ? Etude de suivi à 7 ans
Cette étude permet de démontrer l’association entre altération des performances fonctionnelles motrices et mortalité chez le patient parkinsonien. Indirectement les auteurs confirment l’importance du maintien d’une activité physique et de la rééducation de la marche et de l’équilibre chez nos patients parkinsoniens.

Physical assessment as a predictor of mortality in people with Parkinson’s disease: a study over 7 years.
Gray WK, Hildreth A, Bilclough JA et al.
Mov Disord 2009; 24 (13):1934-40.

Article commenté par Damien Biotti (CHU de Dijon)

La mise en évidence de facteurs pronostiques d’évolution et de mortalité dans les maladies neurodégénératives est essentielle. Ainsi il est clairement établi dans le cas de la maladie de Parkinson (MP) que l’âge avancé au début de la maladie est un facteur de détérioration plus rapide. L’évaluation des performances motrices est facile à réaliser chez les patients, corrélée dans la littérature à la mortalité globale de la population générale. Dans la MP cette relation n’a pas été spécifiquement abordée.
L’équipe anglaise de Gray et al. a conduit une étude (suivi de janvier 2000 à décembre 2006) portant sur 109 parkinsoniens (grabataires et déments exclus), analysant la relation entre la mortalité à 7 ans et différents scores de performances physiques réalisés à l’inclusion. Le but principal de l’étude étant d’affirmer ou non ce lien chez le patient atteint d’une MP.
Les éléments recueillis lors de l’évaluation initiale comportaient les données sociodémographiques, les antécédents médicaux, l’historique des traitements, l’autonomie et différents scores de performances fonctionnelles motrices (test de marche sur 10m, test d’équilibre et de marche de Tinetti, stade de Hoehn et Yahr, score UPDRS, évaluation des transferts, de la posture et de la capacité à monter et descendre des escaliers). Tous les patients avaient été évalués en phase « on », le matin après la prise de leurs traitements antiparkinsoniens habituels.
Au terme du suivi, 42,2% des patients sont décédés (prédominance d’hommes, âge moyen du décès de 80,8 ans, en moyenne 10 ans après le début des symptômes de la MP). La plupart des critères physiques étudiés (score de marche et d’équilibre de Tinetti, score UPDRS, vitesse et nombre de pas au test de marche sur 10m, posture, certains transferts, temps pour se relever du sol, temps pour monter et descendre 4 marches) se sont avérés significativement associés à la mortalité. Après application d’un modèle de régression de Cox, seuls l’âge, le sexe et le score au test de marche de Tinetti (le gain d’un point à cette épreuve augmentant la mortalité d’un facteur 1,3) apparaissaient comme facteurs prédictifs indépendants de la mortalité. L’analyse de la relation phénotype/mortalité n’était pas significative même si les formes tremblantes (vs instabilité posturale prédominante) semblaient de meilleur pronostic. A noter que l’analyse statistique faisait ressortir le MMSE comme un élément non physique associé à la mortalité.
Cette étude permet de démontrer l’association entre altération des performances fonctionnelles motrices et mortalité chez le patient parkinsonien. Indirectement les auteurs confirment l’importance du maintien d’une activité physique et de la rééducation de la marche et de l’équilibre chez nos patients parkinsoniens.
Date de publication : 09-12-2009

> l’abstract en ligne

Related Articles:

Trackbacks

Use this link to trackback from your own site.

Comments

You must be logged in to leave a response.