Pour une politique nationale d’Ă©ducation thĂ©rapeutique du patient

Posted by kineblog on September 10, 2008

C’est le titre du rapport prĂ©sentĂ© Ă  Madame Roselyne BACHELOT-NARQUIN, Ministre de la santĂ©, de la jeunesse, des sports et de la vie associative, par:

Monsieur Christian SAOUT, Président, Collectif inter associatif sur la santé
Professeur Bernard CHARBONNEL, Chef de la Clinique d’Endocrinologie, Hôtel Dieu Nantes
Professeur Dominique BERTRAND, Service de Santé Publique, Hôpital Fernand Widal

Pour une politique nationale d’Ă©ducation thĂ©rapeutique du patient
Septembre 2008

Ce rapport vise Ă  promouvoir une politique nationale d’Ă©ducation thĂ©rapeutique des patients atteints de maladies chroniques. Dans une première partie, un bilan des programmes actuellement en cours est rĂ©alisĂ©. Au terme de ce bilan, il est constatĂ© leur multiplicitĂ© et leur grande hĂ©tĂ©rogĂ©nĂ©itĂ©. La deuxième partie du rapport consiste en une analyse des diverses problĂ©matiques soulevĂ©es par l’Ă©ducation thĂ©rapeutique du patient et par des propositions permettant d’y apporter une solution. L’ensemble des recommandations ont pour objectif de permettre aux patients atteints de maladies chroniques de devenir plus autonomes, en dĂ©veloppant leurs connaissances au sujet de leur maladie et de leur traitement, et de rĂ©duire le risque de survenue de complications et d’aggravation de leur pathologie. La libertĂ© pour chaque patient de participer ou non Ă  un programme d’Ă©ducation thĂ©rapeutique reste entière. Parmi les 24 recommandations, l’autonomisation du patient grâce Ă  l’Ă©ducation thĂ©rapeutique dans le cadre d’un plan coordonnĂ© de soins est mise en avant de mĂŞme que le rĂ´le que devraient jouer les agences rĂ©gionales de santĂ© dans l’habilitation, le financement, la planification du maillage rĂ©gional et l’Ă©valuation des programmes et des Ă©quipes impliquĂ©es. Le rapport prĂ©conise Ă©galement que la problĂ©matique, la mĂ©thodologie et les spĂ©cificitĂ©s selon les diffĂ©rentes pathologies chroniques de l’Ă©ducation thĂ©rapeutique devraient ĂŞtre dispensĂ©es lors de la formation initiale des professions mĂ©dicales et paramĂ©dicales ainsi que lors de la formation permanente. En ce qui concerne le financement des activitĂ©s d’Ă©ducation thĂ©rapeutique du patient, plusieurs propositions sont faites, notamment l’intĂ©gration de la tarification spĂ©cifique de ces activitĂ©s dans le cadre de la rĂ©forme en cours de la T2A ou une tarification par forfait.

Sommaire
INTRODUCTION

PREMIERE PARTIE : L’EDUCATION THERAPEUTIQUE, UNE DEMARCHE POUR L’AMELIORATION DE LA QUALITE DE VIE DES PATIENTS ET POUR L’EFFICACITE DE LA PRISE EN CHARGE

1. L’EDUCATION THERAPEUTIQUE SE DISTINGUE DES ACTIONS D’OBSERVANCE ET D’ACCOMPAGNEMENT DES PATIENTS
1.1. Une définition consensuelle
1.2. L’éducation thérapeutique et l’observance partagent certaines frontières
1.3. Les actions d’accompagnement se distinguent des actions d’éducation thérapeutique
1.3.1. Les actions d’accompagnement du patient menées par les associations
1.3.2. Les approches managériales promues par les assureurs publics ou privés ou le Disease Management (DM)
1.3.3. Les programmes d’accompagnement proposés par l’industrie pharmaceutique

2. LA REALITE DES PRATIQUES D’EDUCATION THERAPEUTIQUE DU PATIENT
2.1. Le recensement des enquêtes nationales réalisées fait ressortir des pratiques hétérogènes
2.2. Une activité intégrée aux soins loin d’être négligeable et plus centrée sur l’hôpital
2.2.1. Un développement planifié des activités d’ETP dans les établissements de santé
2.2.2. Une difficulté à évaluer l’importance des pratiques éducatives en ambulatoire
2.2.3. Une implication récente des organismes d’assurance maladie dans la gestion de programmes expérimentaux d’accompagnement et/ou d’éducation thérapeutique du patient, en ambulatoire
2.2.4. Impact économique de l’éducation thérapeutique
2.3. Des recommandations liées à ces constats
2.4. Des financements significatifs, peu transparents et éclatés
2.4.1. Financements hospitaliers
2.4.2. Financement de la médecine de ville
2.4.3. Rendre plus transparentes la connaissance et la gestion des fonds consacrés à l’E.T.P

DEUXIEME PARTIE : UN IMPERATIF, LA MOBILISATION STRATEGIQUE ET OPERATIONNELLE AUTOUR DE L’E.T.P

1. ANTICIPER LES EVOLUTIONS DE LA SITUATION SANITAIRE LIEES AU DEVELOPPEMENT DES MALADIES CHRONIQUES

2. UN FONDEMENT LEGISLATIF
2.1. La reconnaissance législative des actions d’éducation thérapeutique
2.2. Le renforcement de l’accompagnement du patient
2.3. L’affirmation d’un droit au plan de soins coordonnés pour chaque patient chronique dont l’état de santé le nécessite

3. METTRE EN ŒUVRE UN PROGRAMME PERSONNALISE D’EDUCATION THERAPEUTIQUE
3.1. L’éducation thérapeutique, démarche complémentaire et indispensable aux soins
3.1.1. Eléments nécessaires à la prise en charge par le patient de sa pathologie
3.1.2. Deux grandes étapes dans cette démarche éducative
3.2. Les fonctions du médecin prenant en charge la maladie chronique
3.2.1. Informer son patient et réaliser avec lui un premier « diagnostic éducatif »
3.2.2. Orienter son patient vers les ressources locales
3.2.3. Assurer le suivi des effets de l’éducation thérapeutique du patient
3.3. Des programmes et des équipes habilités régionalement, mais répondant aux critères d’un cahier des charges national
3.3.1. Un programme d’éducation thérapeutique formalisé, organisé et structuré autour d’activités correspondantes aux besoins de chaque patient
3.3.2. Une équipe pluridisciplinaire formée à l’E.T.P.
3.3.3. L’évaluation du déroulement des programmes et des compétences acquises
3.4. Des personnels spécialisés et compétents
3.4.1. Une formation spécifique pour l’éducation thérapeutique du patient
3.4.2. Des modalités de formation qui font consensus
3.4.3. Métier nouveau ou compétences particulières ?
3.5. Des structures adaptées
3.5.1. La mise en œuvre d’un programme personnalisé d’éducation thérapeutique est-elle compatible avec le temps d’un séjour en MCO ?
3.5.2. Accélérer la mise en place en ambulatoire des activités d’éducation thérapeutique du patient
3.5.3. Des équipes régionales, référentes en matière d’éducation thérapeutique du patient

4. UN ACCOMPAGNEMENT FINANCIER SPECIFIQUE POUR L’E.T.P.
4.1. Quatre niveaux d’objectifs
4.1.1. Un financement adapté aux besoins
4.1.2. Des moyens financiers clairement identifiés
4.1.3. Deux sources distinctes de financement
4.1.4. Un financeur unique au niveau régional
4.2. Les propositions en matière de financement
4.2.1. Les sources de financement au niveau national
4.2.2. L’agence régionale de santé (A.R.S.)
4.2.3. Les financements des activités

ARTICLES DE LOI RELATIFS A L’EDUCATION THERAPEUTIQUE DU PATIENT, PROPOSES PAR LES MEMBRES DE LA MISSION

PRINCIPALES RECOMMANDATIONS DE LA MISSION

LETTRES DE MISSION

LISTE DES ANNEXES
ANNEXE 1 : COMITE D’ORIENTATION DE LA MISSION EDUCATION THERAPEUTIQUE
ANNEXE 2 : PERSONNES AUDITIONNEES PAR LA MISSION
ANNEXE 3: L’EDUCATION THERAPEUTIQUE DU PATIENT AU TRAVERS DES TEXTES LEGISLATIFS ET REGLEMENTAIRES ET DES RAPPORTS PROFESSIONNELS DE 2002 A 2006 GRENIER B. GAGNAYRE R.- AOUT 2006
ANNEXE 4 : HAUTE AUTORITE EN SANTE (HAS) : REPONSES AU QUESTIONNAIRE DE LA MISSION
ANNEXE 5 : INSTITUT NATIONAL DE PREVENTION ET D’EDUCATION A LA SANTE (INPES) : REPONSES AU QUESTIONNAIRE DE LA MISSION
ANNEXE 6 : SOCIETE FRANÇAISE DE SANTE PUBLIQUE (SFSP) : DIX RECOMMANDATIONS POUR LE DEVELOPPEMENT DE PROGRAMMES D’EDUCATION THERAPEUTIQUE DU PATIENT EN FRANCE - 13 JUIN 2008
ANNEXE 7 : PROPOSITION DE LOI PRESENTEE PAR « CHRONIQUES ASSOCIES », REGROUPEMENT D’ASSOCIATION DES PERSONNES TOUCHEES PAR UNE MALADIE CHRONIQUE

BIBLIOGRAPHIE

lire le rapport complet, format pdf (1354 Ko / 171 pages)

Trackbacks

Use this link to trackback from your own site.

Comments

You must be logged in to leave a response.