des racines du mal

Posted by kineblog on April 02, 2008

ostéopathie

ExhumĂ©, ce compte rendu (2003) de l’audition des MK par l’ONDPS faisant suite Ă  la parution du dĂ©cret de 2002 concernant le droit des malades, notamment celui d’accĂ©der aux thĂ©rapies alternatives, qui allait faire le lit de l’explosion de l’offre de formation en ostĂ©opathie et celui de l’illĂ©galisme lucratif pour cinq ans… de plus.

Morceaux choisis:

3.2 Les évolutions de la pratique professionnelle et les risques du développement de professions non réglementées

Dans leur exercice, les professionnels considèrent que la dĂ©marche de rĂ©Ă©ducation va prendre une place croissante. Elle Ă©volue de plus en plus vers une prise en charge complète de la personne, dans un contexte d’hyper spĂ©cialisation mĂ©dicale. La rĂ©Ă©ducation elle-mĂŞme dĂ©passe de ce fait le cadre des actes techniques dispensĂ©s.

Le problème est que la demande est tellement forte dans ce domaine qu’un nombre croissant de professions non rĂ©glementĂ©es vont probablement dĂ©velopper leur intervention dans ce champ.

L’une des difficultĂ©s actuelles majeures de la profession est liĂ©e aux effets qu’auront Ă  terme la reconnaissance de l’ostĂ©opathie par la loi du 4 mars 2002. En effet, si cette loi ne reconnaĂ®t pas explicitement cette profession, les reprĂ©sentants des masseurs kinĂ©sithĂ©rapeutes considèrent qu’elle lui accorde tous les attributs d’une profession, Ă  savoir une formation, un accès et un exercice. Il y aurait environ 10 000 ostĂ©opathes aujourd’hui en France. La formation d’ostĂ©opathe est nettement moins exigeante que la formation de kinĂ©sithĂ©rapeute. Dans la pratique, 80 % environ des ostĂ©opathes sont des kinĂ©sithĂ©rapeutes qui ont suivi une formation complĂ©mentaire sous forme de formation continue. Beaucoup pratiquent la kinĂ©sithĂ©rapie, mais de façon totalement libre sans ordonnance.

Il existe aujourd’hui un risque important qu’un certain nombre de kinĂ©sithĂ©rapeutes se dĂ©tournent de leur profession, et particulier de l’exercice salariĂ© en milieu hospitalier, et privilĂ©gient un exercice totalement indĂ©pendant de l’ostĂ©opathie, qui ne se ferait mĂŞme plus sur prescription mĂ©dicale et qui s’exercerait en dehors de toute convention avec l’assurance maladie. Cela risque donc Ă  terme de peser fortement sur les effectifs de kinĂ©sithĂ©rapeutes.

Dans ce contexte, la profession ne peut envisager sereinement la question des transferts de compĂ©tence. Ceux-ci risquent en effet de s’opĂ©rer de façon non contrĂ´lĂ©e, des kinĂ©sithĂ©rapeutes en nombre croissant risquant de faire le choix de devenir ostĂ©opathes, sans encadrement. Parallèlement, la profession ne voit pas quelle profession mĂ©dicale serait elle-mĂŞme susceptible de lui dĂ©lĂ©guer des compĂ©tences, sachant que les rhumatologues et les mĂ©decins physiques ne semblent pas prĂŞts Ă  Ă©voluer dans le sens d’un transfert de compĂ©tence.

Quand au transfert de compĂ©tence: les MK ont maintenant la possibilitĂ© de prescrire des embouts de cannes… non-remboursables.

Lire le compte rendu complet: Audition des masseurs-kinĂ©sithĂ©rapeutes par l’Observatoire National de la DĂ©mographie des Professions de SantĂ© (ONDPS), 2003.

Nuances: la dĂ©mographie Ă©voquĂ©e est probablement fausse (cf ce rapport de la DREES, Projections du nombre de masseurs-kinĂ©sithĂ©rapeutes en activitĂ© en France Ă  l’horizon 2020, Sources, mĂ©thode, principaux rĂ©sultats, de Serge DARRINÉ, septembre 2003) et sera certainement rĂ©visĂ©e (grâce Ă  la tenue du tableau de l’Ordre des MK) dans le sens d’une minoration des effectifs… ce qui accroĂ®t la pertinence des choix institutionnels concernant le dossier ostĂ©opathique.

Trackbacks

Use this link to trackback from your own site.

Comments

Comments are closed.

  1. raph Wed, 02 Apr 2008 19:01:06 CEST

    instructif

  2. pierre Trudelle Wed, 02 Apr 2008 22:42:57 CEST

    et prémonitoire

  3. mateo Sat, 12 Apr 2008 11:35:41 CEST

    Quand je lis “La formation d’ostĂ©opathe est nettement moins exigeante que la formation de kinĂ©sithĂ©rapeute”, cela me fais doucement rire… On doit pas parler des mĂŞmes formations ! kinĂ© 3 ans , ostĂ©o exclusive 6 ans.

  4. raph Mon, 14 Apr 2008 15:54:38 CEST

    Les années ne font pas des sages, elles ne font que des vieillards.
    [Anne Sophie Swetchine]

  5. mateo Mon, 14 Apr 2008 17:03:10 CEST

    Hors contexte, 6 ans sont une base, et au delà de la quantité, la qualité est encore plus importante.

  6. raph Mon, 14 Apr 2008 18:42:15 CEST

    ce n’Ă©tait pas le premier argument, copie Ă  revoir….

  7. raph Mon, 14 Apr 2008 18:50:16 CEST
  8. mateo Tue, 15 Apr 2008 07:43:45 CEST

    Tout cela n’est que paroles, la meilleure des rĂ©ponses et des vĂ©ritĂ©s vient des rĂ©sultats chez les patients.

  9. raph Tue, 15 Apr 2008 08:56:49 CEST

    un point de convergence, c’est bien…

    “mateo Sat, 12 Apr 2008 11:35:41 CEST
    Quand je lis “La formation d’ostĂ©opathe est nettement moins exigeante que la formation de kinĂ©sithĂ©rapeute”, cela me fais doucement rire… On doit pas parler des mĂŞmes formations ! kinĂ© 3 ans , ostĂ©o exclusive 6 ans. ” c’est aussi des palabres…comme vos patients sont contents de vous, nul besoin d’autres paroles.
    Amicalement

  10. mateo Tue, 15 Apr 2008 13:04:39 CEST

    Nous avons “convergĂ©” ! Amicalement

  11. pierre Trudelle Wed, 16 Apr 2008 09:01:07 CEST

    Le seul problème c’est que les patients “contents” n’est pas un critère de qualitĂ© de prise en charge.
    Les patients ne connaissent pas les “meilleurs soins disponibles” comment pourraient-ils juger que c’est bien ?
    Cette idĂ©e de “les patients sont contents et guĂ©ris” est un dogme qui rassure le praticien et le fige dans son esprit critique.
    Il y a 40 ans les patients étaient aussi contents des soins pratiqués et pourtant cela devrait faire doucement rire les praticiens actuels.
    Montrez-moi un thérapeute qui reçoit des patients contre leurs volontés.

  12. raph Wed, 16 Apr 2008 09:14:35 CEST

    +1

  13. admin Wed, 16 Apr 2008 09:24:04 CEST

    … et le problème rĂ©side maintenant dans le sentiment que possède le patient sur la qualitĂ© (subjective) de sa prise en charge!
    Ce facteur “placebo” fait le succès des thĂ©rapies alternatives… il est sans doute liĂ© au temps de contact avec le praticien et Ă  son statut (supposĂ©).
    Il me semble Ă©vident que le patient en difficilement en mesure de juger de la qualitĂ© de son traitement… sinon que pour les “pets de travers” transitoires, principal champ d’application de l’ostĂ©opathie et autres “thĂ©rapies” (acupuncture, homĂ©opathie…) complĂ©mentaires.
    L’Ă©ducation Ă  la santĂ© et l’Ă©ducation thĂ©rapeutique sont des voies Ă  explorer pour rĂ©duire cet obscurantisme et la potentielle perte de chance que cette ignorance constitue (quand bien mĂŞme l’efficacitĂ© du “placebo” se fonderai sur cette mĂ©connaissance).

  14. mateo Wed, 16 Apr 2008 13:45:20 CEST

    Tout cela ne se rĂ©sume pas Ă  des patients “contents”, je vous parlais de rĂ©sultats, vous savez la douleur, chose que vous Ă©valuez avec des Ă©chelles… Merci Mr l’admin pour votre intervention, vous irez dire aux patients que vous connaissez mieux leur douleurs qu’eux… si je vous rĂ©sume , les patients ne sont pas Ă  mĂŞme d’Ă©valuer leur propre douleur…du haut niveau pour un soi disant praticien de santĂ©. Et pour ce qui est ” des pets de travers” demandez bien Ă  vos confrĂ©res pourquoi ils se tournent vers l’ostĂ©opathie et ne continuent pas tout simplement leur kinĂ© dans leur coin..

  15. pierre Trudelle Thu, 17 Apr 2008 12:47:03 CEST

    Vous ne pouvez pas juger des rĂ©sultats d’UN traitement sur UN patient. Il est possible de mettre en Ă©vidence l’efficacitĂ© des traitements en menant des Ă©tudes sur des populations importantes comparĂ©es Ă  un autre traitement. Je vous invite Ă  lire un petit cours sur le sujet sur le site de PEDro (http://www.pedro.fhs.usyd.edu.au/french/tutorial_french.html).
    Lorsque l’on soigne UN patient on utilise le modèle hypothĂ©tico-dĂ©ductif. Vous observez quelques choses et vous dĂ©duisez une cause possible des problèmes. Vous mettez en place un traitement sur cette cause (hypothèse).
    - si vous n’obtenez pas de rĂ©sultats, c’est que votre hypothèse est fausse ou que votre traitement n’a pas ciblĂ© la cause (hypothèse) correctement;
    - si vous obtenez un rĂ©sultat, vous ne pouvez pas dĂ©duire que votre traitement soignait la bonne cause. C’est possible mais ce n’est pas certains car d’autres facteurs ont pu intervenir.
    Ce modèle de raisonnement clinique doit ĂŞtre compris (et avec la CIF cela devrait permettre au kinĂ© de comprendre qu’il n’y a pas une cause mais de grandes quantitĂ©s de causes, cf article de Jones et Edwards de KinĂ©sithĂ©rapie, la revue de novembre 2007 en accès gratuit…).
    SI vous voyez des chaussures sous un rideau vous pouvez dĂ©duire qu’il y a quelqu’un derrière le rideau. Si vous trouvez quelqu’un derrière le rideau cela ne veut pas dire que lorsqu’il y a des chaussures il y a automatiquement quelqu’un. Donc si vous avez un rĂ©sultat sur UN patient vous ne savez jamais si c’Ă©tait vous (c’est possible) ou autre chose…Les pays avancĂ©s en thĂ©rapie manuelle ou kinĂ©sithĂ©rapie connaissent tout ça et doivent bien rigoler en lisant notre façon de voir notre efficacitĂ© thĂ©rapeutique. J’ai essayĂ© d’ĂŞtre pĂ©dagogique pour vous aider pas pour vous convaincre, car les croyances sont durs Ă  faire changer avec un seul post…

  16. mateo Fri, 18 Apr 2008 08:34:03 CEST

    Merci pour votre contribution. Nous sommes d’accord sur pas mal de choses, mais chacun utilise ces mots. En ostĂ©opathie recherche de la ou des causes, un patient, un traitement, un rĂ©sultat que le patient Ă©value, c’est aussi simple que ça.

  17. JLE Sat, 26 Apr 2008 23:07:51 CEST

    Vous voulez dire qu’il suffit de ne pas trop rĂ©flĂ©chir pour que celĂ  “marche” ? qu’il suffit que patient et praticien soient convaincus de l’utilitĂ© de leurs dĂ©marches respectives pour ĂŞtre satisfaits ? Pas faux.

  18. jmougel Sun, 27 Apr 2008 18:44:09 CEST
  19. kineblog Mon, 28 Apr 2008 11:57:54 CEST

    salut jmougel, ostĂ©opathie-france fait partie de la douzaine de sites que je consulte quotidiennement, mais c’est aimable de ta part de me signaler cet article… que je n’ai pas repris pour l’instant car j’ai des billets sur ce sujet prĂ©cis de l’interaction patient-praticien que j’aimerai intĂ©grer dans un mĂŞme article… (ou pas).
    Kineblog n’est pas Ă  proprement parler un site de news, mais mon carnet de note, une sorte de pense-bĂŞte.
    Je partage mes lectures, parfois mon opinion, mais c’est tout pour l’instant… il est certain que si je disposais d’autres revenus que ceux issus de mon exercice libĂ©ral de la masso-kinĂ©sithĂ©rapie j’en ferai autre chose de plus exhaustif et structurĂ©.

  20. jmougel Mon, 28 Apr 2008 19:59:28 CEST

    Je trouvais cet article fort Ă  propos pour faire suite aux quelques Ă©changes ci dessus et comme c’est la première fois que je lis une approche constructive sur les explications des effets de l’ostĂ©opathie; et ben je le diffuse tant que je peux!!!
    A plus!

  21. jmougel Mon, 28 Apr 2008 20:01:31 CEST

    Mon rythme de vie actuel ne me permet pas de suivre le contenu complet de ton site, c’est te dire…
    Merci encore pour les articles tout de mĂŞme.

  22. kineblog Mon, 28 Apr 2008 21:17:31 CEST

    Merci de me lire, et ton souhait est exaucĂ©… tu remarquera qu’Ă  mon sens la kinĂ©sithĂ©rapie fait l’Ă©conomie du curabo, au prix de beaucoup d’effort.

  23. pierre Trudelle Sun, 04 May 2008 08:26:49 CEST

    Le diagnostic kinĂ© n’est pas le cluedo. A la fin du traitement le patient ne vient pas vous dire: “vous aviez raison c’Ă©tait bien le Colonel Moutarde avec le poignard dans la cuisine”.
    Si le policier et la victime sont contents, ils peuvent se tromper aussi.

  24. jijipami Thu, 30 Oct 2008 09:49:59 CET

    Les syndicats d’osteos comme la Cno (composĂ©e surtout de MK ex leurs principaux responsables ) après avoir utilisĂ© le statut de MK praticien de santĂ©
    comme un strapontin pour obtenir l’exonĂ©ration de la TVA
    comme avait fait l’ancien sok snko et maintenant SNOF…
    semblent s’attaquer Ă  la profession de Mk ( peut-ĂŞtre parce qu’ils refusent l’ordre de Mk )
    je cite une lettre de la cno qui semble vouloir récupérer la
    compĂ©tence de ” la ostĂ©o….intra-pelvienne’…..

    URGENT

    Commission socio-économique de la Chambre Nationale des Ostéopathes

    Responsables : Fernand-Paul BERTHENET D.O., Guy ROULIER D.O.

    Sujet : Participation Ă  l’ “EnquĂŞte nationale : efficience et indications de l’ostĂ©opathie intra-pelvienne dispensĂ©e par les ostĂ©opathes agrĂ©Ă©s”.

    Bonjour,

    La Chambre Nationale des Ostéopathe a la charge de fournir aux Pouvoirs publics et ceci avant le 20 octobre 2008, un dossier susceptible de faire évoluer dans un sens positif le champ de compétence des ostéopathes agréés avec ou sans pré-requis et notamment concernant certains actes restreints.

    Les premiers dĂ©crets de mars 2007 ont permis l’agrĂ©ment des centres d’enseignement de l’ostĂ©opathie et celui des praticiens. Il Ă©tait prĂ©vu initialement que des dĂ©crets complĂ©mentaires encadreraient les actes dits restreints. L’absence de ces textes complĂ©mentaires favorise la fraude Ă  la sĂ©curitĂ© sociale en voulant imposer l’inscription Ă  un ordre pour pouvoir effectuer ces actes d’ostĂ©opathie intra-pelvienne.

    Nos interlocuteurs ministĂ©riels et parlementaires nous ont demandĂ© de fournir les preuves d’efficience et la justification scientifique de nos actes d’ostĂ©opathie viscĂ©rale intra-pelvienne.

    C’est pourquoi nous vous sollicitons.

    Les adhĂ©rents de la Chambre respectent notre Charte de QualitĂ© des Soins et notre code d’Ă©thique.

    Vous ĂŞtes donc en position de nous apporter votre contribution Ă  cette enquĂŞte nationale qui complète l’Ă©tude prĂ©cĂ©dente dĂ©jĂ  fournie Ă  la Commission ministĂ©rielle OstĂ©opathie dont les travaux ont abouti Ă  la loi 2002-303 (article 75) et Ă  la rĂ©glementation actuelle.

    C’est Ă  nous, membres de la Chambre, qu’il revient d’organiser cette enquĂŞte, de la mĂŞme manière qu’il nous a Ă©tĂ© demandĂ© d’intervenir pour la modification, aujourd’hui effective, de l’article 261.4.1° du Code gĂ©nĂ©ral des ImpĂ´ts qui exonère dĂ©sormais de TVA nos honoraires.

    Nous comptons sur vous.

    Aidez-nous Ă  construire l’avenir de la vĂ©ritable ostĂ©opathie, globale, holistique, indĂ©pendante mais intĂ©grĂ©e au corps de santĂ©, et non amputĂ©e d’une partie importante de son contenu pour des raisons autres que l’intĂ©rĂŞt gĂ©nĂ©ral.

    Les Pouvoirs publics attendent les premiers résultats de notre enquête pour le 20 octobre.

    Si vous pouvez nous adresser rapidement quelques cas choisis dans vos dossiers, avec rĂ©sultat consolidĂ© (recul d’un an), vous aurez participĂ© utilement Ă  la promotion de notre Art, qui, si nous ne nous dĂ©fendons pas bec et ongles, aura disparu Ă©conomiquement, noyĂ© frauduleusement dans des pratiques diverses sous couvert d’actes nomenclaturĂ©s.

    Nous avons en effet aussi le devoir de lutter contre la fraude Ă  l’assurance en matière d’ostĂ©opathie.

    Pour l’instant nous nous concentrerons sur le dossier “OstĂ©opahie intrapelvienne”.

    Merci de votre participation active.

    Fernand-Paul Berthenet D.O. agréé,

    Guy Roulier D.O. agréé,

    coordinateurs de la Commission socio-Ă©conomique de la CNO

    Comment participer :

    1) Rechercher les dossiers de patientes correspondant aux motifs de consultation contenus dans le questionnaire.

    2) Le remplir soigneusement . Le chiffrage du coût des soins antérieurs est facultatif.

    A renvoyer dès que possible et impérativement avant le 18 octobre

    soit par mail en PDF Ă 

    com.socio-eco.cno@orange.fr

    ou par fax au 02 41 88 62 87 ou 02 41 88 12 06

    ou par courrier : Guy Roulier Commission socio-Ă©conomique CNO

    23, rue d’Anjou 49100 ANGERS
    Merci d’avance ”

    fin de citation

    Les pouvoirs publics semblent d’ailleurs de connivence;
    comme je l’ai constatĂ© dans les commissions des Drass
    qui favorisent nettement les mĂ©decins et les “ni-ni”
    par rapport aux Mk encore praticiens de santé .
    J’apporte cette lettre comme un Ă©lĂ©ment de rĂ©flexion.

  25. mateo Sun, 09 Nov 2008 19:30:02 CET

    Les commissions des DRASS favorisent nettement les mĂ©decins et les ostĂ©opathes exclusifs ( selon vos mots les “ni-ni”) ?? Faudra m’expliquer merci…

  26. kineblog Mon, 10 Nov 2008 09:11:52 CET

    télécharger sur le site du CNOMK:
    ostéopathie/ requête type